jeudi 25 décembre 2008

Julien Dray: un antiraciste lâchement attaqué !

Ci dessous Julien Dray, fondateur d'SOS Racisme et son frère ex dirigeant du BETAR FRANCE, une organisation vouée à la chasse aux Palestiniens, ce dernier opère toujours contre les Arabes mais cette fois directement sur place en Palestine occupée
En ce jour de Noël, aucun humaniste sincère ne saurait être insensible aux malheurs qui accablent ces jours derniers ce pauvre Julien Dray. Une personnalité connue de tous pour son abnégation, son dévouement à la lutte contre les discriminations, surtout lorsqu’elle touche les collectionneurs de montres et sa probité hors du commun.

En effet selon certaines informations la justice l’aurait épinglé pour des transferts de fonds suspects entre ses associations filleules SOS racisme et la FIDEL d’une part et différents comptes en banques lui appartenant d’autre part.
Nous le disons tout net cela ne peut procéder que de la pure calomnie. S’il est vrai que ses démêlés avec les sections financières du Parquet semblent accaparer une bonne partie de son temps, il ne faut y voir, pour ce M. Sécurité du P.S., pressenti comme ministre de l'intérieur de Ségolène Royal, qu’une façon pratique d’approfondir la connaissance de son milieu de prédilection. D'ailleurs pour ce faire n'a t-il pas choisi précisément comme circonscription la 10eme de l'Essonne, celle de Fleury Mérogis pour être plus proche encore de la maison d'arrêt éponyme ? Une façon de surveiller lui-même les délinquants bronzés de sa circonscription contre lesquels il demande toujours plus de rigueur.
En tout état de cause nous ne saurions, sans réagir, laisser traîner dans la boue, celle ci ne lui ayant rien fait, un aussi zélé militant à qui l’immigration post coloniale doit tant et tant. Notamment l’apparition d’SOS Racisme en 1984. Un formidable mouvement qui fort opportunément sut chasser de la scène médiatique ces jeunes issus de la Marche des Beurs qui prétendaient l'encombrer de leurs jérémiades. En effet Dieu seul sait quel usage fourbe ces sauvageons dépenaillés auraient pu faire de la cause anti raciste si Julien Dray n'avait pas réussi à la leur arracher pour la remettre entre les mains blanches et avisées du mouvement des jeunes socialistes et de l'Uejf.

Cette éradication politique dudit mouvement Beur, avouons le était nécessaire. Celui ci cherchant à se constituer en organisation indépendante voire hostile au P.S., si on l'avait laissé prospérer, n’auraient-il pas menacé d’entraîner le pays dans une série d’affrontements communautaires dont l’anti France serait sortie à coup sûr vainqueur ?
Mais il y a plus grave encore dans cette odieuse campagne. Nous l’affirmons avec force, ces attaques ignobles viennent aussi de certains milieux hostiles à l’association de bienfaisance dénommée BETAR. Une milice anti palestinienne dont le frère de Juju, ancien dirigeant parisien d’icelle est devenu en Israël l’un des plus éminents représentants. Un frère avec lequel le député de l’Essonne, comme il l’a écrit, entretient d'ailleurs les meilleures relations du monde. A tel point d’ailleurs que celui ci n’a pas hésité à accueillir plusieurs réunions au sommet d'SOS racisme dans son Hôtel parisien au début des années 90 comme le rappellent certains anciens responsables de l’organisation. Il serait évidemment très mal venu de s’interroger sur les sommes que ladite association SOS Racisme qui se veut être une sorte de S.P.A pour les Arabes aurait pu ainsi verser pour cette prestation de service au chef d’une organisation connue surtout pour sa propension à user de la batte de base-ball à l'encontre de ses mêmes Arabes.

Il est clair que certains cercles malveillants, en prenant pour cible l'honorable député de l’Essonne, cherchent aussi à dénigrer l’œuvre de blanchiment de la vie politique française poursuivie dés 1981 par le parti socialiste et à laquelle le justiciable Dray a apporté une contribution historique. C'est ainsi qu'il faut comprendre les rumeurs multiples qui, évoquant la manière dont il considère ses relations avec Malek Bouthy, vont jusqu'à colporter certains de ces prétendus propos à l’endroit du beur de service, du style « Vous avez vu comment je l’ai bougnoulisé celui là ! ». Quant aux menaces proférées à l’encontre de Tarik Ramadan à qui Boxing Juju avait promis « un bon coup de poing dans la gueule » un certain jour de novembre 2003, au cours de l'émission de Thierry Ardisson "93, Faubourg Saint-Honoré", il ne faut voir là qu'une simple expression de la passion de l'ordre qui dévore ce fougueux militant. En effet, cette sortie d'aucuns pourraient la juger abrupte s'agissant d'un représentant de la république s'ils n'oubliaient qu'en matière de bienséance, les normes habituelles ne sont plus en usage lorsqu'il s'agit de remettre à sa place un de ces métèques comme M.Ramadan, menaçant les fragiles hiérarchies raciales.
Aussi rien d’étonnant que la charge principale contre le député P.S émane de milieux à coup sûr revanchards, dont la bien nommée cellule anti-blanchiment du ministère des Finances (Tracfin) enquêtant sur le citoyen Dray ne serait en fait qu’une piètre couverture.
Pour finir, n’est ce pas une injustice suprême que de voir les leaders de NPNS, une autre "association lucrative sans but" selon le bon mot d'Aziz Zemouri, passer à la concurrence et pérorer désormais sous les auspices de leur nouveau maître Sarko après tout le mal que le « collectionneur de montres compulsif » s’est donné pour les sortir de la fange de leur zone clermontoise ? Car après tout Fadela Amara et Mohamed Abdi, vice président de NPNS par ailleurs mari et conseiller spécial de celle ci, directeur de la rédaction du mensuel d'SOS racisme Le Pote à Pote et ami personnel de Julien Dray, lui-même condamné à deux reprises à 18 mois de prison dont 6 fermes pour escroquerie au détriment de la collectivité, que seraient-ils sans lui ? En termes clairs comment Nicolas sarkozy compte t-il s’acquitter des droits d’auteur qui reviennent légitimement à Juju ? L’investir comme ministre de la reconquête des banlieues lui conviendrait à merveille mais dans quel intérêt renflouer un vieux rafiot ?

Malek Bouthy dans une interview récente en défense de son inventeur, concluait par ses mots , étranges dans la bouche d’un ami « il aura beaucoup de mal à s’en relever ». Prions pour que ces paroles soient prémonitoires car dans l’intérêt même du patron d’SOS nous ne pouvons que lui souhaiter pour 2009, le pire et le plus vite possible, une façon d’abréger sa longue agonie politique.

Et en attendant, afin d'activer les choses, une bonne paire de rangers dans la gueule en souvenir de toute une génération trompée et humiliée ne seraient pas de trop!



Sans prétendre le moins du monde à quelque exhaustivité impossible à réaliser dans le cas d’espèce, nous rappellerons brièvement le pedigree de M.Julien Dray, des affaires dans lesquelles il a été soupçonné, forcément à tort, d’avoir trempé.
( Source Wikipédia )



Montres de luxe

Julien Dray avoue lui-même être un « acheteur compulsif »[6]. Il est connu pour être un grand amateur de montres de luxe et possède plusieurs modèles de montres de marque Patek Philippe, ainsi qu'une Richard Mille[7]. Il a eu quelques démêlés avec la justice à ce sujet. En effet, le 28 janvier 2000, une enquête concernant son achat d'une montre de luxe est classée sans suite. Cet achat avait été fait de manière irrégulière, notamment par le paiement d'une partie de la somme de 250 000 francs en espèces pour plus de 150 000 francs (plus de 22 000 euros), ce qui posait la question de l'origine des fonds[8].

Affaire de la MNEF
En rapport avec l’affaire précédente, Julien Dray a également été entendu et mis en cause dans l'affaire de la MNEF, concernant des emplois fictifs et un enrichissement personnel des dirigeants de la Mutuelle nationale des étudiants de France[9] . à laquelle il aurait été lié.

Investigations

Une enquête préliminaire a été ouverte en novembre 2008 sur transferts de fonds suspects. Le 19 décembre 2008, le domicile de Julien Dray, soupçonné d'avoir perçu indûment 351 027 euros selon les enquêteurs[10], a été perquisitionné[11].
Deux tiers de ces fonds proviendraient de détournements de fonds de l'association SOS Racisme et du syndicat étudiant FIDL, une autre partie proviendrait d'entrepreneurs ayant leur siège social dans l'Essonne, l'un d'eux ayant même obtenu un marché public auprès du conseil régional d'Ile-de-France, dont Julien Dray est vice-président[12]. Le journal L'Express évoque également que les enquêteurs ont mis la main sur une carte de crédit « American Express Centurion », réservée à l'élite des grandes fortunes et des collectionneurs, et qui coûte 2000 euros à l'année, au nom de Julien Dray.[13].

L'intéressé se dit « dubitatif, déterminé à connaître la vérité et n'a pas l'intention de [se] laisser faire »[14]. Le 22 décembre 2008 il porte plainte contre X pour violation du secret professionnel à la suite de « fuites » sur les investigations en cours dans les médias[15].
A suivre…

1 commentaire:

benedetti a dit…

ya une semaine ma fille étais choquer par des parole d'une mère de sa copine a la cour de école elle dis a ma fille que sa mère ma dis tu joue plus avec ces deux et tu les dises qui l'appelé avec ton non de famille et cette femme travail a la police que je dois faire s.v.p