mercredi 12 novembre 2008





Policiers israéliens sur le toit d'une maison arabe de Jérusalem, destinée à être détruite.

le 09-11-2008


Et pendant que le monde a les yeux fixés sur la crise financière et l'élection d'Obama, imperturbable, la colonisation sioniste de Jérusalem continue.

Encore une famille palestinienne expulsée de sa maison à

Jérusalem-Est !



Tiré du site d'ISM France.


La police israélienne a expulsé dimanche 9 novembre à l’aube la famille Al-Kurd de son domicile à Sheikh Jarrah, un quartier de Jérusalem-Est. Elle a arrêté des militants internationaux qui se trouvaient dans la propriété en solidarité.
La famille Al-Kurd qui vient d’être expulsée avait organisé une campagne populaire contre son expulsion programmée il y a trois mois et demie et avait installé un camp de protestation où se déroulaient régulièrement des actions voir photos et carte détaillée : (www.sheikhjarrah.com)


Depuis, la police occupe les lieux en attendant de les remettre aux colons qui prétendent en être propriétaires depuis…1800. La décision de justice qui a permis cette expulsion ouvre la voie à la destruction pure et simple de tout le quartier de Sheikh Jarrah afin d’y construire 200 logements comme le propose l’association de colons Nahlat Shemoun. Plus de 500 Palestiniens risquent ainsi d’être jetés à la rue.

*Carte des secteurs menacés - The Applied Research Institute - Jerusalem (ARIJ) (agrandir la carte )*
À environ 4h30 du matin, la police israélienne a débarqué dans la propriété de la famille Al-Kurd. Huit internationaux, des Américains, Canadiens, Anglais et Suédois, se trouvaient dans le camp de protestation établi sur la propriété de la famille Al-Kurd. Ils ont été arrêtés et sont actuellement détenus par Israël à Jérusalem.

Cette expulsion a eu lieu en dépit de l'indignation internationale et des objections soulevées face au projet d'expulsion, y compris une protestation officielle des Etats-Unis (voir www.haaretz.co.il/hasen/spages/1005342.html).
*La décision va permettre la saisie de 26 maisons à plusieurs étages dans le quartier, menaçant de rendre 500 Palestiniens sans abri et signifiant le nettoyage ethnique des Palestiniens de Jérusalem-Est occupée par l'État israélien. *

Le quartier Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est a été construit par les Nations Unies et le gouvernement jordanien en 1956 pour abriter les réfugiés palestiniens de la guerre de 1948.

La famille Al-Kurd a commencé à vivre dans le quartier, en tant que réfugiés de Jaffa et de Jérusalem-Ouest. Toutefois, avec le début de l'occupation israélienne de Jérusalem-Est, à la suite de la guerre de 1967, des colons ont commencé à revendiquer la propriété du terrain sur lequel le quartier Sheikh Jarrah avait été construit.

En déclarant qu'ils avaient acheté le terrain à un ancien propriétaire ottoman dans les années 1800, des colons ont revendiqué la propriété des terres.

En 1972, les colons ont réussi à enregistrer cette revendication dans le Registre des Terres d’Israel. Alors que la famille Al-Kurd avait entrepris des procédures judiciaires pour contester la revendication des colons, les colons ont déposé une plainte contre la famille palestinienne.

*En 2006, le tribunal a déclaré nulle la revendication des colons, en reconnaissant qu'elle était basée sur de faux documents*. Ensuite, l’avocat de la famille Al-Kurd a demandé au Registre des Terres Israélien d’annuler l'enregistrement des colons comme propriétaire du terrain et d’enregistrer le véritable le nom du véritable propriétaire. Bien qu'il ait annulé la revendication la demande des colons, le Registre des Terres Israélien a refusé d'indiquer le nom du propriétaire du terrain. Ce refus est au mépris de la décision des tribunaux.

Pour compliquer encore plus la situation de la famille Al-Kurd, des colons ont commencé à occuper une extension de leur maison. Bien que leur revendication de la terre ait été annulée, les colons ont reçu les clés de l’agrandissement de la maison de la famille Al-Kurd de la municipalité locale israélienne. Cela a été possible après que la municipalité ait confisqué les clés de l'agrandissement que la famille Al-Kurd avait construit sur leur propriété pour l'expansion naturelle de la famille. Lorsque cet agrandissement a été déclaré illégal par les autorités israéliennes, la municipalité israélienne a remis les clés aux colons israéliens.

En Juillet 2008, la Cour suprême israélienne a ordonné l'expulsion de la famille Al-Kurd parce qu’elle refusait de payer un loyer aux colons pour l’usage de la terre. Bien que la revendication des colons à la terre ait été annulée deux ans plus tôt, le tribunal a basé sa décision sur un accord conclu entre un ancien avocat et les colons. Il convient de noter que la famille Al-Kurd et le quartier Sheikh Jarrah dans son ensemble avaient rejeté cet accord et viré leur représentant légal.


Dans le même temps, les colons de *l’association Nahlat Shemoun *ont publié une proposition visant à démolir le quartier Sheikh Jarrah pour y construire 200 logements. L'Union Européenne a qualifié les actions du gouvernement israélien à Jérusalem-Est de «discriminatoire» et reconnaît une «/intention claire d'Israël de rendre l'annexion de Jérusalem-Est une réalité concrète/." Israël a annexé unilatéralement Jérusalem-Est suite à la guerre de 1967, en dépit de l'illégalité de ces actions en vertu du droit international.


NOTE : Les 7 internationaux ont été libérés à 9h ce matin

Aucun commentaire: