lundi 17 novembre 2008

Hommage à Saad Abssi l'homme aux mille combats



















Saad Abssi le 13 novembre dernier au CICP: donnant l'accolade à la porte-parole duMIR Houria Bouteldja en haut à droite ou plaisantant avec votre serviteur en bas.
( Merci à Hsissou pour les photos )




Voilà cinquante ans que ce jeune et infatigable octogénaire vit et milite en France : du FLN aux associations issues de l’immigration, Abssi a toujours été là, sur tous les fronts du combat démocratique et pour la citoyenneté, ici comme là-bas. Cet hommage que nous voulons lui rendre, sera aussi l’occasion de rappeler les moments forts de la mémoire des luttes de l’immigration.

Honneur à toi, Saad !

Au CICP 21 ter rue Voltaire s'est déroulée jeudi 13 novembre une très émouvante soirée en hommage à notre ami et camarade Saad Abssi, Si Larbi de son nom de guerre pendant la lutte d'indépendance algérienne.
Etaient présents nombre de ceux, militants de toutes les immigrations, du Gisti, du Cedetim, de l'agence Im'média, de radio Soleil et même plus récemment du MIR ( dont il a été d'une certaine façon l'un des parrains à sa fondation) en bref les jeunes de tout âge et de toute provenance ( le militantisme est le seul élixir de jouvence connu à ce jour ) qui l'ayant croisé à un moment ou un autre de leur vie politique ont pu apprécié cet esprit fin, cet orateur de talent, ce militant sans frontières, inépuisable de générosité et d'abnégation. Des prisons coloniales françaises aux grèves de l'immigration, de la dénonciation des meurtres racistes ici à la mise en accusation des régimes policiers ou à la défense des luttes populaires au Maghreb, de la lutte contre le régime raciste de Pretoria du temps de l'apartheid en Afrique du sud à la défense de la révolution palestinienne, Saad Abssi accompagne nos luttes depuis un demi siècle.

C'est avec lui que lors de la première Marche des Indigènes, le 8 mai 2005, le MIR avait rebaptisé symboliquement la place du 8 mai 1945 à Paris Place des Martyrs de Sétif et Guelma.
( Voir photo tout en haut à gauche ).

Aucun commentaire: